Préparation de la moto – Tour de France 2017

Il y a quelques semaines j’annonçais mon projet de Tour de France à moto pour cet été. Je suis concentrée sur la préparation de ce roadtrip depuis plusieurs mois. Le départ approche, voilà où j’en suis.

Je vais faire le point sur  :

  • la moto (ici)
  • l’itinéraire – article à venir
  • les bagages – article à venir

Préparation de la moto

Séraphine est une Yamaha SR 500 de 1979 restaurée (presque entièrement) d’origine. Elle n’a pas subi de préparation ou de modification majeure. Je roule avec depuis fin 2014, donc 2 ans et demi, notamment à Paris depuis l’année dernière.

Cet été, je prévois de rouler entre 4000 et 5000 kms en l’espace de 6 ou 7 semaines. Le bon état de la moto sera donc déterminent pour réaliser le voyage dans de bonnes conditions et fabriquer de beaux souvenirs.

Depuis janvier, je profite des ateliers participatifs chez Mymy Rider et du savoir faire de Bruno, le mécano, lorsque je ne peux pas intervenir moi-même sur la moto.

Vidange

Grand classique : la vidange de l’huile moteur avec le remplacement du filtre à huile et de l’huile. J’en ai profité pour faire remplacer le carter et ses 4 vis, notamment parce que la vis de vidange n’assurait plus une bonne étanchéité.

Pneus

Il était temps d’offrir de nouveaux chaussons à Séraphine. Mes précédents pneus étaient montés depuis des années sur la moto. Et sachant que la gomme d’un pneu se périme, il était temps de les remplacer. Avec le temps, elle se durcit ou pire peut se craqueler. Pour l’usage urbain que j’avais ça ne posait pas trop de problème, d’autant que l’usure globale des pneus était très faible. Cependant pour mon aventure estivale, il vaut mieux ne pas prendre de risque. J’ai opté pour des Michelin Pilot Activ sur 1001pneus achetés à 143.20€, livraison incluse.  Pour l’instant la moto réagit plutôt bien, voyons l’usure et le comportement dans les prochains kilomètres du roadtrip.

Des pneus périmés, c’est à dire ? Je conseille de faire un tour sur ce post du blog d’Allopneus, qui explique et détaille ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Freinage

Vidange de liquide de frein

Le liquide de frein datait de la restauration de la moto, il était en place depuis 2010 environ. Donc passé depuis un bon moment. Et oui, j’ai appris que le liquide de frein a une durée de vie, comme les pneus. Avant utilisation, les bouteilles de liquide de frein comporte l’indication de date de péremption.

Pourquoi ? Parce que le liquide se charge en humidité ce qui a pour conséquence d’altérer sa qualité.

À quelle fréquence le changer ? Il faut se fier aux consignes du constructeur pour le dit véhicule. Pour une SR 500 comme la mienne, les préconisations constructeurs indiquent 2/3 ans.

J’en ai également profité pour changer la vis de purge sur l’étrier avant qui était devenue presque insaisissable avec une clé.

Le maître cylindre (le boîtier que l’on voit en dessous et dans le quel on verse le liquide de frein) s’est vu offrir un nouveau joint et de nouvelles vis, qui étaient très grippés.

Tambour arrière

Le système de freinage à l’arrière est un frein à tambour. Les mâchoires sont dans un état correct. On a juste resserré la tringle, qui relie la pédale de frein au système de freinage dans la roue.

Guidon

J’avais un guidon assez large de 840 mm dont j’étais assez contente. Mais la vie l’a tordu, il fallait donc que je le remplace avant le départ. En expliquant mon projet de roadtrip à Franck de Kedo, il m’a conseillé de prendre un guidon mi-haut, pour assurer une position confortable. Cette nouvelle référence fait 760mm de large, je perds 8 cm. J’ai hâte de tester la moto qui gagnera sûrement en réactivité.

Par la même occasion, j’en ai profité pour l’équiper de nouvelles poignées. Celles d’origine avaient tendance à me tendre dans le creux de la main. C’est une vrai galère à faire. Mais le résultat est là !

Circuit d’essence

Robinet d’essence

En 2015, déjà, le robinet faisait des siennes. J’avais remplacé avec rigueur ses joints. Il n’a pas tardé à continuer à suinter. Le grand départ était un bon prétexte pour enfin se charger de ce problème. Je me voyais mal en racheter un d’origine et neuf pour plus de 160€. Que faire ? Soit remplacer à nouveau les joints, en étant assez septique sur la réussite de l’opération. Soit remplacer le robinet actuel (à dépression) par un plus simple, également venu chez Kedo pour un peu plus de 50€. Un petit mail à Frank de Kedo, et c’est la deuxième option que j’ai choisie : un nouveau robinet, allégé par rapport à celui d’origine.

Le nouveau robinet d'essence - Yamaha SR 500 - Préparation de la moto
Le nouveau robinet d’essence

Carburateur

J’ai donné la mission à Bruno de refaire le carburateur avec le kit de réfection Kedo. Il a aussi déjà remplacé la pipe d’admission et de son joint. On pourra ensuite optimiser le réglage du ralenti.

Et aussi

  • Graissage des câbles de frein, d’embrayage et de gaz
  • Nettoyage et graissage de la chaîne
  • Remplacement des clignotants arrières. Passés du cadre à ceux qui se fixent sur le feu arrière, car j’avais l’idée d’installer des sacoches latérales.
  • Et quelques autres bricoles

La mauvaise surprise

Où comment s’approcher de la crise de panique en voyant le moteur imbibé d’huile qui coule, qui coule, qui coule à une quinzaine de jour du départ.

La durite d’huile principale était elle aussi remplie d’huile, qui laissait croire que c’était elle qui avait un problème. Mais pas du tout, la vis avait sautée, laissant le son filetage vide et … tout lisse. Elle ne tient plus dans le cache culasse. Une des solutions envisagées a été de tarauder plus large et insérer un filetage rapportés. Manque de bol, la vis est en 5,5 mm et le plus petit filetage à l’atelier en 6 mm. Affaire en cours !

Conclusion

La préparation de Séraphine m’a pris plusieurs mois en travaillant dessus une à deux fois par mois et en la laissant quelques fois à l’atelier dans les mains de Bruno. En m’y prenant tôt, j’ai pu jongler entre travaux, surprise et commande de pièces. Aussi d’étalonner les dépenses. Il me reste encore quelques bricoles à régler, notamment m’assurer que le carburateur sera prêt, mais aussi réparer cette histoire de vis de cache culasse.

Où suivre le roadtrip ?

Vous pouvez suivre mes publications stories, photos et vidéos sur Instagram en vous abonnant au compte @mabetseraphine.

Je posterai quelques médias sélectionnés et articles du blog sur la page Facebook Mab & Séraphine.

Et bien sûr, aussi ici, sur le blog : mabetseraphine.fr.

Marie-Aline Écrit par :

J'aime les deux roues et les internettes. UX Designer à Oscaro - Paris Bloggeuse cambouis mabetseraphine.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *